Cellefrouin

Aller sur le site de la communauté de communes
Rubriques > Histoire et légendes

Histoire et légendes

 

Origine du nom de Cellefrouin


A l’origine, le village s’appelait CELLE. Ce nom est resté jusqu’au début du XXème siècle où celui de FROIN a été associé pour donner Cellefrouin. FROIN était le nom d’un généreux habitant qui aida l’évêque de Périgueux à construire l’abbaye. Ce nom fut donné au monastère.

Voici les différents noms de Cellefrouin au cours de l’histoire:

  • 1025-1028 : Cellam Fruinensem
  • 1032 : Cellae Froino
  • 1110 : Cellae Fruini
  • 1197 : Cella Froyni
  • Début du siècle : Cellefroin
  • De nos jours : Cellefrouin

Légendes


Au cours du Moyen Âge, Cellefrouin se trouvait sur un itinéraire secondaire est-ouest fréquenté par les pèlerins qui allaient au sanctuaire de Saint-Jacques-de-Compostelle. Cellefrouin était également le siège d’une châtellenie qui, vers la fin du XIIe siècle, appartenait à la puissante maison de La Rochefoucauld. L’état des paroisses de 1686 nous apprend que madame de Besse, comtesse de Sansac, est dame de cette paroisse.
Linguistiquement, la commune est située dans le dialecte marchois qui est considéré comme une langue d’oc et marque la limite avec la langue d’oïl (à l’ouest). Son nom est Cela Froïn en occitan.

Une ancienne coutume a existé parmi les habitants du Moyen Âge jusqu’à la Révolution. Chaque année, le jour de la Pentecôte, un habitant était élu baron et placé au milieu d’une table au fond de la halle. Il était accusé « d’avoir porté de l’eau dans une plaine à l’aide d’un crible, afin d’y faire noyer les lièvres, et d’avoir fait brûler les poissons dans la rivière. » On le jetait alors dans le Son, et une fois sorti de l’eau, il était dédommagé de trois livres pour sa peine. Il distribuait aussi des bouquets aux spectateurs, qui devaient le rémunérer. Ceux qui refusaient étaient aussi jetés à l’eau. Cette étrange coutume avait été condamnée par plusieurs arrêtés du Parlement, en particulier celui du 4 mai 1781 qui donnait des peines sévères aux contrevenants.

 

L’eau source de vie


De nos jours, il semble naturel de tourner le robinet pour avoir de l’eau. Mais il n’en a pas toujours été ainsi.

Nos aïeux ne connaissaient pas ce bonheur car ils devaient utiliser ce que Dame Nature voulait bien leur offrir. Les plus chanceux vivaient aux abords des rivières et n’avaient qu’à se servir que ce soit pour leurs besoins domestiques ou pour le bétail.

Pour les autres, il a fallu trouver des solutions. Ils utilisaient les sources naturelles comme celles des Pradelières, de la Fontaine Saint-Martin, de Lascoux, de Puyrajoux ou de La Fibaudet… . Pour laver le linge, les maîtresses de maison se réunissaient au lavoir. On trouve encore ces installations plus ou moins bien conservées dans le bourg de Cellefrouin, à Fonfaix-Lascoux, au Temple, aux Ages ou à la Merlière. Ils ont largement été utilisés jusque dans les années 1950-1960.

Un peu plus tard, les villageois ont construit des citernes enterrées qui se remplissaient grâce à l’eau de pluie. Pour le bétail, des mares ont été aménagées par les paysans qui, après avoir observé la nature, se sont retroussés les manches. On en trouve encore à Chavagnac, au Lac Noir, à Puyrajoux, ou au Temple…

Au début des années 1900, les sourciers ont permis de découvrir les rivières souterraines et les villageois en unissant « leurs outils, leurs forces et leur savoir » ont creusé des puits pouvant aller jusqu’à 50m de profondeur voire plus. De ces temps mémoriaux, nous en gardons le souvenir matérialisé par les puits dans nos villages aux Forges, chez Vérinaud, chez Francillou, à Chavagnac ou à Puyrajoux…

Les années 1950-1960 nous ont apporté un des plus grands progrès, avec la lumière, « l’eau potable dans chaque maison » qui a révolutionné la vie dans nos campagnes. Aujourd’hui, quel bonheur! On tourne le robinet et l’eau jaillit!!! Comment nos jeunes générations pourraient-elles imaginer que nos aïeux ont vécu ce long cheminement pour obtenir ce fameux sésame. L’eau c’est la vie!!!

 

  • 2015-2019 © Cellefrouin | Communauté de Communes Coeur de Charente

  • Se connecter